indesign cs 3 adob(e)ug

samedi 26 mai 2007 | graphisme

vu chez http://www.milic.com/indesign/index.html

LES NOMBREUX BUGS D’INDESIGN CS3… (MÀJ)

[MÀJ] La liste s’allonge et les nouveaux arrivants sont marqués d’un astérisque en fin de liste… Ces bugs ne sont pas vraiment graves, certains apparaissent dans des cas rares, d’autres sont contournables par les solutions proposées, mais il y en a tellement que je me vois dans l’obligation de vous prévenir : n’utilisez InDesign CS3 version 5.0 en production qu’avec la plus grande prudence, en ayant par exemple sous la main la liste ci-dessous. [/MÀJ]

La version finale d’InDesign CS3 a-t-elle été compilée dans la précipitation sous la pression du marketing qui devait sortir la suite Creative troisième du nom dans les temps ? On pourrait le penser vu le nombre de bugs ou problèmes qui semblent avoir été laissés en suspens. Aussi, la version CS3 contient des choix fonctionnels discutables. Voici une liste non exhaustive des problèmes rencontrés…

– le Pomme-Z (Ctrl-Z), qui annule les dernières opérations, annule à présent aussi les modes d’affichage : Standard ou Haute Résolution, ou les divers Aperçus. Ce problème devrait faire l’objet d’une correction dans une 5.0.1 qui n’est pas encore prévue au programme ! Peu apprécient ce nouveau comportement, beaucoup non… Dans le débat, j’ai proposé une Préférence qui incluerait ou pas les modes d’affichage dans l’historique.

– Lorsqu’une Table des Matières est créée dans un Livre, et si on demande un tri alphabétique des entrées, la numérotation des pages ne suit pas ce type de tri, mais le mode chronologique ! Devrait faire l’objet d’une correction dans une 5.0.1.

– En exportant un fichier au format XHTML, seuls les hyperliens qui pointent vers des ancres de texte (pas vers des objets) dans le même document et vers des URLs sont préservés. Par contre les films (sauf les SWF), les objets dessinés (carrés, ovales,…) ne font pas partie de l’exportation en XHTML.

– Si des objets ancrés sont fixés sur les marges de page ou les bords du document, ils ne sont pas repositionnés automatiquement en cas de modification du format du document. Solution : ajouter un(e) paragraphe/ligne vide au début de l’article puis supprimez le/la.

– Pomme (Ctrl)-Maj-B ne met pas en gras avec les polices Adobe Garamond Pro et Adobe Caslon Pro. Le style de police choisi par ce raccourci est le Semibold. Ce problème est similaire dans InDesign CS2 mais cela commence à bien faire…

– La Numérotation des paragraphes suit l’ordre de création des blocs-texte, pas leur position sur la page. Car vous devez le savoir, InDesign CS3 permet de numéroter des paragraphes même s’ils ne font pas partie du même article, à savoir s’ils se trouvent dans des blocs-texte non chaînés. Le problème : si on supprime des blocs intermédiaires, la numérotation est mise à jour correctement. Par contre si on insère des blocs, la numérotation, comme je l’ai écrit plus haut, ne tient pas compte de la position des blocs mais de leur moment de création. On se retrouve donc avec une numérotation 1 – 2 – 9 – 7 – 8, 9 étant le nouveau bloc-texte ajouté. Solution : Édition > Coupez les blocs et Collez-les sur place, InDesign renumérote correctement.

– Lorsque vous mettez à jour des objets de Bibliothèque en mode d’affichage Grande Vignette, ce sont d’autres objets qui sont mis à jour, pas ceux sélectionnés ! Faire très attention donc…

– Dans InDesign CS2, Maj-Page Précédente/Suivante cadre d’abord la page dans la fenêtre puis permet de passer d’une page à l’autre. Dans lnDesign CS3 le recadrage préalable n’est plus exécuté, il faut donc d’abord taper Pomme (Ctrl)-à pour cadrer la page puis taper Maj-Page Précédente/Suivante. Pourquoi ce changement ? Pour une bonne raison : dans les versions précédentes, lorsqu’on zoomait sur une zone de la page (par exemple le coin inférieur gauche) puis on double-cliquait, sur la palette Pages, sur une autre page, on affichait le milieu de cette page et non le coin inférieur gauche. Maintenant InDesign CS3 le fait.

– InDesign quitte sans prévenir si, dans un article de plus de 500 caractères, vous tapez en continu la touche d’effacement. Solution : masquez la palette Infos.

– Un bug énorme d’affichage montre, lorsqu’on applique ou désapplique des Styles de Paragraphe/Caractère, plusieurs styles sélectionnés alors qu’ils ne devraient pas l’être et peuvent induire l’utilisateur dans l’erreur. Solution : cliquer à l’extérieur du bloc puis de nouveau cliquer dans le texte.

– Dans la fenêtre de dialogue Rechercher/Remplacer, si on tape du texte dans le champ Rechercher, puis que l’on va dans une autre application, puis on revient dans InDesign, ce que l’on vient de taper a disparu.

– Cerise sur le gâteau : si la fonction d’Autocorrection orthographique est activée (menu Édition), si une phrase commence par une minuscule et si dans une palette quelconque on tape un point, une virgule, une espace, un retour-chariot,… (dans mon cas je voulais mettre le contour du texte en 0,5 pt dans le champ Épaisseur de la palette Contour et en tapant la virgule…) InDesign croit qu’il s’agit d’un caractère tapé dans le texte et non dans un champ de palette et donc transforme la lettre minuscule du début du mot en lettre capitale.

* Jusqu’à ce qu’il y ait un correctif, évitez, sur Mac, d’insérer des caractères accentués (ou non-ASCII) comme les accents français, les tremas,… dans les noms des fichiers InDesign ou PostScript. L’en-tête du fichier comporte une indication que le nom du fichier est en Mac Roman…

%!PS-Adobe-3.1

%ADO_DSC_Encoding: MacOS Roman
%%Title: <FEFF0044002600420044005F0054006103080073007
4002000280043005300330029002E0069006E00640064000000
2C0024DF38000DDAF02CC89E3C2D2D00000000000000000000
0000000000000000000079F82D2E>
%%Creator: Adobe InDesign CS3 (5.0)

%%For: yb
%%CreationDate: 05.04.2007, 15:59 Uhr

… alors que les ingénieurs ont décidé de formater ce nom en Unicode. Le RIP pense recevoir du Mac Roman mais lit de l’Unicode et puis devient fou. Un programmeur allemand corrige le problème avec un petit bout de code qu’il suffit de double-cliquer. L’installeur place un correctif dans le moteur PostScript du système.

%!PS-Adobe-3.1
%RBINumCopies: 1

%%Pages: (atend)
%ADO_DSC_Encoding: MacOS Roman
%%Title: IDCS3-Täst.indd
%%Creator: Adobe InDesign CS3 (5.0)
%%For: yb
%%CreationDate: 07.05.2007, 23:53 Uhr

L’installeur place aussi sur le Bureau de votre Mac un désinstalleur qu’il faudra lancer lorsqu’Adobe corrigera le problème.

* Lorsqu’InDesign CS3 ou Distiller 8 rééchantillonne une image lorsqu’elle a une résolution se trouvant par exemple entre 450 et 301 ppi (pour les réglages Distiller « Images ») l’algorithme utilisé ne semble pas être celui d’une interpolation bicubique: le résultat est assez alarmant :

L’image initiale

rééchantillonnée par Distiller

…et réechantillonée par Photoshop en interpolation bicubique.

Si on laisse Distiller réduire l’image de moitié, l’interpolation bicubique est utilisée (et le résultat n’est pas si mal que ça).

La même image rééchantillonnée par InDesign CS2 et CS3 via exportation.

Maintenant les solutions:

1. Ne pas rééchantillonner à des valeurs moindre que le double de la résolution voulue (600 ppp pour 300 ppp).

2. Idem dans Distiller : si vous éditez les .JobOptions dans un éditeur de texte, ce sont les valeurs du DownsampleThreshold qu’il faut relever à 2 (au lieu de 1.5000 ou pire 1.3333 etc.)

/ColorImageDownsampleThreshold 2
/GrayImageDownsampleThreshold 2
/MonoImageDownsampleThreshold 2

Tant que vous y êtes relevez la valeur « /ImageMemory » qui par défaut est de 1 Mo (1048576). Si des images dépassent cette valeur, Distiller les écrira temporairement sur le disque dur, au lieu de les garder dans la RAM. D’où un Input/output élevé (exaspérant de lenteur sur Mac OS 9). On peux donc rajouter, par exemple, deux zéros (104857600) et on gagne quelques précieuses secondes…

3. Gueulez l’erreur partout pour que 1) Adobe corrige le bug (mais si cela se fait, ce ne sera que pour les futures versions de Distiller et InDesign) et 2) que les Réglages Distiller et PDF proposés par des institutions, n’aient soit pas de sous-échantillonage, ou un Threshold (seuil) d’au moins 2.

PDF/X-Ready a par exemple faux sur toute la ligne, ils rééchantillonnent dès 400 ppi.

* Le nouvel écran de bienvenue, pourtant très utile, reste visible même si l’on clique sur le Bureau.

* L’effet Gravité sur un Texte Curviligne agit différemment et moins bien par rapport au résultat obtenu sur CS2.

* Lorsque des Styles sont importés d’un autre document, leur classification dans le nouveau document n’est plus la même que dans le document-source. Impossible d’y remédier.

* Dupliquer un objet (Alt+déplacer) avec la Flèche Noire garde les attributs d’objets dans l’objet copié. Avec la Flèche Blanche en sélectionnant le centre du tracé, les attributs sont réinitialisés au réglage par défaut.

* Si des Styles de Texte comportent une référence à une police de caractères qui n’est pas chargée dans le Système, ET, si ces Styles ne sont pas appliqués, dans le document sur du texte, non seulement l’alerte « Polices manquantes » n’apparaîtra pas mais en plus ces polices ne figureront pas dans la liste « Rechercher la police » via le menu Texte.

* Si des EPS, des PDF, des AI sont importés dans un document InDesign et s’ils ne comportent pas de polices incorporées, InDesign ne vous préviendra de l’absence de polices que si vous regardez dans la fenêtre de dialogue « Rechercher la police ».

* Pas un bug mais un problème de lenteur. InDesign CS3 permet de prévisualiser le contenu du document sur la palette Pages. Si vous effectuez une modification sur une maquette, même infime, InDesign se bloque le temps de recalculer toutes les vignettes de prévisualisation de toutes les pages du document, cela peut durer plus de 15 secondes à chaque modification sur un document de quelques dizaines de pages bien chargées. Solution : désactivez la prévisualisation des pages via le menu local de la palette Pages > Options de palette.

* Si du texte a une taille inférieure à 1 pt, ce texte n’apparaîtra pas dans le PDF exporté. Solution : PostScripter et Distiller.

* Dans le mode d’emploi, il est indiqué que les Préférences d’InDesign et d’InCopy sont stockées dans le dossier Mac HD \ Bibliothèque \ Preferences \ Adobe InDesign \ Version 5.0. Faux, il s’agit plutôt de Mac HD / Utilisateurs / [Votre compte] / Bibliothèque / Preferences / Adobe InDesign / Version 5.0.

* Dans certaines conditions, en déplaçant le curseur du centre d’un dégradé sur la palette Dégradé, InDesign réinitialise l’angle à 0° s’il était différent de cette valeur.

* N’appliquez pas, jusqu’à nouvel ordre, d’effets de transparence (surtout les nouveaux apparus dans InDesign CS3) sur du texte dans des tableaux. Les résultats lors de l’aplatissement des transparences sont plus qu’incertains. De plus, impossible d’appliquer des effets de transparence sur un tableau dans son intégralité et encore moins sur une cellule en particulier, seulement sur le bloc-texte qui le contient.

* Même en choisissant l’option « Au moins » pour la hauteur de cellule, les descendantes des lettres comme p, y, j,… peuvent entrer dans la seconde rangée du tableau si la hauteur n’est pas suffisante.

* Et maintenant on combine les deux : si vous appliquez des effets sur du texte dans une cellule de tableau, les effets ne seront pas appliqués sur les descendantes qui mordent sur la seconde rangée.

* Si des fichiers SWF importés dans InDesign ne peuvent être prévisualisés, assurez-vous d’abord que dans Préférences Système > QuickTime > Avancé > « Activer le contenu Flash » est coché puis relancez InDesign (et Acrobat si vous avez exporté le document InDesign au format PDF). Aussi, le PDF exporté doit être de la version 6 minimum. Si cela ne fonctionne toujours pas, il y a de fortes chances que le fichier SWF comporte des fonctions que l’extension QuickTime, même dans sa toute dernière version, ne sait pas encore lire. Une de ces fonctions est par exemple la Compression, apparemment incompatible avec QuickTime. Les fichiers Flash multicalques sont aussi mal lus. Car tout simplement InDesign CS3 et Acrobat 8 se basent sur QuickTime pour lire du contenu Flash ! En fait, Adobe n’a pas eu le temps d’unifier dans sa suite un lecteur Flash universel pour toutes les applications de la CS3. Cela devrait être corrigé dans une prochaine version. Donc, l’incorporation de contenus Flash CS3 est sujette à de nombreuses incertitudes dans InDesign CS3. Essayez en enregistrant le fichier dans une ancienne version de Flash.

Et il y en a encore une ribambelle mais je crois que cela suffit, vous voyez de quoi il en retourne…

Je rappelle : une 5.0.1 n’est pour l’instant pas à l’ordre du jour…

  • Unique Post


1 commentaire

Didier le 13 Déc 2010 vers 10:39

Bonjour,
jai accès à indesign CS3 et je dois récuppérer un document venant de CS2, le retravailler et le renvoyer vers CS2. Ca marchait très bien avec illustrator, mais là, la personne m’a envoyé : « .indd », « .inx », ça marche pas !
merci d’avance à qui peu me donner la solution.

agri.17-22@laposte.net

Comments are closed.